Dimanche 9
février
2020
18h
Spéciale Narciso Ibáñez Serrador
La Résidence (1969)
Les Révoltés de l'An 2000 (1976)

La Résidence (1969)

Sud de la France, début du vingtième siècle. Un pensionnat pour jeunes filles tenu d’une main de fer par une directrice sévère est le théâtre de mystérieuses disparitions. La nouvelle venue, Thérèse, va se rendre compte qu’il se passe des choses louches dans cet établissement. Entre les sévices corporels, l’amour trop possessif que porte la dirlo à son fils de 15 ans et le voyeurisme de ce dernier, Ibáñez Serrador dépeint un univers clos d’où sourd un érotisme latent rongé par les frustrations. Un petit parfum de giallo plane sur cette production ibérique, qui, par ailleurs, annonce un peu Suspiria de Dario Argento, surtout par son contexte. Par ailleurs, la présence de l’actrice allemande Lili Palmer n’est pas anodine, car celle-ci avait déjà joué la décennie d’avant dans un film parlant d’amours interdites dans une institution pour jeunes filles où règne une discipline très stricte : Jeune filles en uniforme (1958).

Les Révoltés de l'An 2000 (1976)

Le titre original, ¿Quién puede matar a un niño?, rend mieux compte du dilemme moral auquel sont confrontés les protagonistes adultes de cette histoire. La situation est la suivante : un couple d’Anglais venu passer ses vacances sur une île espagnole se rend compte que le village où ils se trouvent est désert, ou plus exactement, que seuls restent les enfants du coin, les adultes ayant été tués par ces derniers. Serait-ce la révolution des enfants contre le monde des adultes ? Le couple de touristes saura-t-il prendre les mesures nécessaires pour assurer leur survie ? Quand l’innocence devient monstruosité… La thématique des enfants tueurs a été abordée dans un certain nombre de films, tels que Le Village des Damnés (1960), Devil Times Five (1974), Children of the Corn (1984),… Les Révoltés de l’an 2000 creuse la question de manière particulièrement marquante et glaçante. Avis aux jeunes parents !

Entrée à prix libre. Ouverture des portes à 18h, 1ère projection à 18h30.
 
Prix libre

Org. : Forbidden Zone