Dimanche 5
octobre
2014
00:00:00
Ciné Club - «Coming Out»
TOP GUN – 1986 – Tony Scott
FREDDY'S REVENGE – 1985 – Jack Scholder
Pour cette édition COMING OUT, dans le cadre du Festival #1 Contre/Bandes, nous vous proposons deux films volontairement (ou pas) au placard. Top Gun et son mix cuir-macho-grosses mécaniques. Ainsi que Freddy II, où le méchant prof de gym meurt nu, dans une douche, attaché aux tuyaux avec... des serviettes de bain magiques qui lui claquent les fesses (véridique). Ajoutez à cela une bonne dose de dialogues à double-sens et vous obtenez une programmation qui pourrait passer, sans efforts, du mainstream au porno gay.


TOP GUN – 1986 – Tony Scott

« You can be my wingman anytime -Bullshit, but you can be mine » « Tu peux être mon ailier (ou compagnon, ou encore celui-qui-me-drague) quand tu veux -Tu déconnes. Mais tu peux être le mien »

« I'd like to bust your butt, but I can't. » « J'aimerais te serrer le cul, mais je ne peux pas »
Top Gun serait-il l'ultime film au placard ?

Tarantino avait déjà développé cette théorie lors de son caméo dans le film « sleep with me ».

Il faut bien admettre que tout y est : scènes de douches, niveau de testostérone aussi élevé que dans « Expendables » (faudra aussi qu'on en parle un jour de ce film), vestes en cuir et cigares, dialogues à double sens, tournois de beach volley torse nu, grosses motos sur fond de couché de soleil, et des personnage qui ont beaucoup de mal à gérer leur relations avec les femmes.

Il est peut-être temps de redécouvrir ce film et de le placer, avec « Le Magicien d'Oz » dans le top 3 des chefs d’œuvres du patrimoine culturel gay.


FREDDY'S REVENGE – 1985 – Jack Scholder

« Something is trying to get inside my body -And you want to sleep here ? » « Quelque chose essaie de rentrer dans mon corps -Et tu veux dormir ici ? »

Non, ceci n'est pas un dialogue de porno gay. C'est une des répliques cultes du second volet des aventures de Freddy Krueger, le méchant au pull rayé et aux griffes d'acier. Graouuuuu.

Que se passe-t-il quand on remplace la Scream-Queen (hurleuse et personnage central des films d'horreurs) par un Scream-King ? Si en plus ce héros est un ado, mal dans sa peau, qui ne trouve pas sa place dans un milieu scolaire hétéro-centré et qui passe tout son temps libre avec « « « meilleur ami » » » (le triple guillemets est volontaire)... moi je dis rien, mais ça sent quand même le Crisco (faites vos recherches) et la soirée on-regarde-des-clips-de-Madonna-entre-copines.
 
Prix Libre 1€ minimum par film